Le roller derby


Nothing Toulouse B vs Team Brittany BLe roller derby, mais qu’est-ce que c’est ?

En une phrase…

C’est une course poursuite en patins à roulettes autour d’une petite piste ovale, agrémentée de contacts entre les joueuses.

Un peu d’histoire

Le roller derby est un sport venu des Etats-Unis se pratiquant en quads (patins à roues non alignées). Il est né au milieu de la Grande Dépression, 1929, à Chicago, lorsque son inventeur, le promoteur Léo Seltzer, eut l’idée de simuler un marathon Los Angeles / New York sous l’œil des caméras sur une piste circulaire et couverte. Les équipes composées d’un homme et d’une femme devaient parcourir pas moins de 57000 tours.

Les participantes avaient tellement la niaque qu’elles finissaient par se bousculer les unes les autres afin de gagner la course, qui durait des heures. Léo Seltzer vit tout de suite que l’intérêt de la course résidait dans les parties de castagne qu’elle engendrait. Ce fut un succès immédiat avec près de 20 000 spectateurs dès la première semaine. C’est alors que le roller derby devint un objet de culture populaire américaine et des clubs fleurirent partout en Amérique du Nord.

Après une période très faste, venant même jusque dans l’hexagone sous le nom de roller catch, le roller derby perdit de sa notoriété dans les années 70 et 80, notamment à cause de la de suspicion de triche et du côté trop spectacle et catch qu’avait la pratique.

Nothing Toulouse A vs One Love Roller DollsRelancé en 2000 au Texas, le roller derby contemporain est désormais un sport international à prédominance féminine comptant des ligues partout dans le monde, en Australie, en Belgique, au Canada, en Allemagne, en Irlande, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande, en Suisse, en Suède, au Royaume-Uni et bien-sûr en France. Il existe aussi des équipes masculines en Australie, Angleterre, USA, et maintenant en France. La plupart des ligues de roller derby suivent les règles officielles établies par la WFTDA (Women’s Flat Track Derby Association).

 

 

 

————–

Crédits photographiques : Mika HemSi.

Haut de page