Triple Header // Quad Guards vs Unnamed Basterds, Blocka Nostra vs Namur Roller Girls, Nothing Toulouse vs Unnamed Bitches, samedi 19 novembre 2016

14681955_1216755938346832_209714617927358127_o

Pour ce premier évènement à domicile de la saison, Roller Derby Toulouse reçoit Namur et les Unnamed B. ! Trois matchs sont au programme de cette journée − les Quad Guards reçoivent les Unnamed-Basterds RD à 15h, la Blocka Nostra rencontre les Namur Roller Girls – Roller Derby League à 17h30, puis ce sera au tour de la Nothing Toulouse d’affronter les Unnamed Bitches à 20h. On vous promet de la bagarre, du challenge et de la bonne humeur !


Ouverture des portes du Gymnase De L’hers (13 chemin de Limayrac 31500 Toulouse) dès 14h30.

// ! \\ ATTENTION // ! \\
Le gymnase ne dispose que de très peu de places de parking. On vous conseille donc de venir en bus avec la Ligne 1, direction Gymnase de l’Hers (terminus). N’hésitez pas à consulter les plans et fiches horaires de Tisséo pour prévoir votre trajet — http://www.tisseo.fr/

Tarif 5€ (2€ pour les moins de 12 ans, et gratuit pour les moins de 3 ans).

After party dès 22h à The Thirsty Monk, 33 Allée Jean Jaurès 31000 Toulouse.

Inscriptions des officiels (avec ou sans patins) sur http://www.need-officials.com/overview/event_list.php?event=588.

Les rencontres pourront également être suivies en direct sur Twitter via twitter.com/RollerDerbyTLS.

Pour les accréditations presse et photographe, merci de contacter presse@rollerderbytoulouse.com.

Merci à nos sponsors et partenaires :
✘ Mairie de Toulouse (Gymnase) http://www.toulouse.fr/
✘ Sergent Papers | Imprimerie (Communication, supports papiers…) http://www.sergentpapers.com/
✘ Shock Design (Protège-dents sur mesure & customisé) http://www.shockdesign.fr/
✘ HawaiiSurf.com (Matériel) https://www.hawaiisurf.com/
✘ Silex & Fourchette (Paléo Food Concept) http://www.obohem.fr/silex-fourchette/
✘ The Thirsty Monk (Bar & After) https://www.facebook.com/thethirstymonk/

Coupe de France Masculine de Roller Derby // 14, 15 et 16 mai 2016

12473524_1039520522737042_9189188808765156917_o

Réservez votre weekend de Pentecôte ! Les 14, 15 et 16 mai prochains aura lieu la Coupe de france Masculine de Roller Derby ! 3 jours de matchs pour 12 rencontres entre les 8 meilleures équipes du Derby masculin français. Ça va envoyer de la moutarde ! Plus d’informations très bientôt…

Si vous souhaitez dès maintenant acheter vos entrées, c’est possible ! La billetterie en ligne de la Coupe de France Masculine de Roller Derby est officiellement ouverte — vous pouvez ainsi profiter du tarif prévente (18€ le pass 3 jours au lieu de 20€ en vente sur place). Un demi-tarif est mis en place pour les moins de 12 ans, et c’est gratuit pour les moins de 3 ans (un justificatif pourra vous être demandé à l’entrée).

Et pour celles et ceux qui souhaiteraient s’organiser à l’avance dans leur choix de matchs (qui voir, à quelle heure venir, etc.), voici le planning du weekend !

13029725_1092948257394268_2533509773302064060_o

 

Merci à nos sponsors et partenaires :
– Mairie de Toulouse (Gymnase) http://www.toulouse.fr/
– Sergent Papers | Imprimerie (Communication, supports papiers…) http://www.sergentpapers.com/
– My Little Red Shorts (Maillots) http://www.mylittleredshorts.com/
– Shock Design (protège-dents sur mesure & customisé) http://www.shockdesign.fr/
– Roller Derby – FF Roller Sports (pour l’organisation du championnat)

Les Quad Guards recrutent !

2014_recrutementQG_bannière_facebook_851x315

Champions d’Europe 2013, les Quad Guards recrutent des joueurs de tous niveaux pour peut-être former les Champions d’Europe de demain ! Le recrutement a lieu tout au long de l’année, chaque mercredi à 19h30, place de l’Europe lorsque le temps est au beau fixe ou sous le pont du Stadium en cas de pluie.

Plus d’informations sur les critères de recrutement, le déroulement des cours et le matériel nécessaire en cliquant ici.

This is Love, this is Roller Derby Toulouse, this is the MERDC 2013 !

« C’était il y a longtemps, trop longtemps déjà,
Au coeur d’un univers dont les sportifs rêvaient.
Et un jour arriva cette étrange aventure,
Dans le monde du derby, des rêves et de la sueur.
Vous êtes-vous demandé jusqu’où pouvait aller le derby ?
Non ? Alors suivez-moi, voici l’épopée du MERDC… »

Quad Guards we love you !

40 h de bus ? je n’ai pas peur moi ! J’aime la colo, avec des gens que tu adores, où la seule chose qui régie tes pensées est de s’amuser.

 

Départ jeudi soir, deux tenues par jours plus tard et trois paires de chaussures me voila là où le bus passe nous prendre.

Les gens arrivent petit à petit, je ne me tiens plus, enchaîne les clopes, saute partout, pousse des cris, je m’apprête à monter sur un nuage qui ne redescendra pas de sitôt !

Allez hop dans le bus, chacun prend sa place, on se raconte les dernières aventures, derby, non derby, franches rigolades, câlins et déconnades en tout genre, les enfants sont en route pour Birmingham.

bus

les calins

 

Passage en mode couchette, il faut dormir un peu parce que le weekend s’annonce intense, mais le président n’arrive pas a dormir, et du coup certains d’entre nous n’y on pas droit non plus, et moi je pouffe de rire en le voyant débarquer a 4 pattes dans l’allée comme un gosse en cherchant quelle connerie faire.

 

couchette

 

Finalement on s’endort, réveil juste avant le shuttle, petit dej hors de prix mais il faut ce qu’il faut. On rassure les peureux du tunnel sous la manche, la bande en Kigu passe la douane, personnellement je serre les fesses pour que l’un d’eux (elles) ne se fassent pas refouler, où qu’ils n’entreprennent des fouilles du bus pour détention et consommation d’ecstasy !

544419_604425709592345_1599014142_n

1014027_604425602925689_581214041_n

 

Ouf, c’est passé, nous voila chez les grands Britons, découverte de l’hôtel, répartition des chambres, et direction les magasins pour les accompagnateurs pendant que nos Quad Guards vont faire un peu de décrassage musculaire et de discours derbyesque de motivation.

 

Oh joie, le magasin Primark est notre voisin d’Hôtel, Lush aussi, et les pubs foisonnent, belle après-midi en perspective !

Apres quelques verres, nous retrouvons nos sportifs au bar, papote, rigole, impressions et attente pour demain, début du MERDC, restaurant tous ensemble avec son lot de bataille de bougies et de conneries racontées.

pti mouton

l'incruste !

le resto

chill time

detente

Allez hop au lit, il est tôt mais faut pas déconner ! Quelques irréductibles entreprennent de faire des blagues au président, Le Lion est mort ce soir !

Réveil 6h30 ça pique malgré la vraie nuit (si on ne compte pas la chaleur, les mouettes, les poubelles et le barrage voiture qui annonce quand il se baisse, merci….)

Petit dej anglais, avec une ‘maid’ pas franchement commode, je teste le typique briton mais perso les fayots, la saucisse et le pain frit a l’huile très peu pour moi, jus d’orange, café, lait et beurre confiture feront bien l’affaire !

y'en a qui aiment...

Et le MERDC commence enfin. Un an d’attente, de travail qui vont enfin voir une concrétisation dans ce weekend.

gymnase

Nous nous séparons, il est temps de se concentrer pour les Quad Guards, nous les accompagnateurs installons le merchandising, on se balade devant les tracks, devant les stands, achetons quelques t-shirt des équipes adverses, mais nous sommes quand même un peu tendus par tout ça ! Il faut être patient le premier match est a 10h30 !

 

Enfin le premier match, devant se relayer pour le merch, je n’ai pas tout vu, mais ouf, ils gagnent, et facilement, tout va bien rien ne cloche ils sont en pleines formes, nous voila rassurés, le ton est donné !

kigu land

Le second contre les Crash Test Brummies, équipe déjà rencontrée mais qui a pris du gros niveau ! Partant du principe que rien n’est gagné d’avance, retour case stress !

Ouf ça passe, nous pouvons enfin les récupérer pour récolter leurs impressions, leurs joies, partager ce que nous avons vu, nous avons commencé à nous tuer la voix mais en en gardant un peu sous le pied, pas question de ne pas pouvoir les soutenir pour la demi et peut être la finale !!!

 

Nous regardons également les autres matchs, le niveau est haut, les rencontres nous montrent des équipes qui cartonnent au sens propre du terme comme au figuré, je commence a flipper pour nos Quad Guards, nos petits (hum hum) poussins !!

La demi final sera contre les Tyne and Fear, juste des machines qui tapent ! aie aie on a peur maintenant, pas vraiment du  jeu mais de la casse !

On verra ça demain, retour a l’hôtel, chacun a quartier libre, haha comme en colo, pub pour les courageux et moins raisonnables, petit tour pour les autres.

On se couche tôt, parce que le réveil de demain s’annonce déjà douloureux.

 

6h30, encore, les mouettes, encore, les poubelles, encore…..enfin bref chouette hein !

Direction le gymnase, tout se rapproche a grand pas, mais avant il faut passer le tour des Tyne and Fear, équipe dure et brutale et pour cause, Bravehurt tombe à terre, ne se relève pas, nous retenons notre souffle le souvenir lancinant de la French Connection 2, où nous avions eu très peur ce jour là aussi nous reviens, un grand bonhomme à terre comme ça c’est impressionnant !  Et il se relève, sous les applaudissements et les cris.

Nous gagnons également ce match, non sans peur, viens le moment du match décisif pour la finale, et quel match: Inhuman League contre les SDRD. Pour replacer un peu, les Inhumans sont un petit peu nôtre tweenleague, surtout pour les garçons.

Nous les adorons, et les affronter aussi, et ce serait géniale de faire une finale contre eux, mais en face, l’adversaire ultime, l’équipe que nous n’avons pas vaincue en 5 rencontres, les SDRD, ils sont bons, percutant et ils veulent conserver leur titre de Champions d’Europe 2012.

…Et ils seront nos adversaires de finale. Même si le public raisonne du cri de guerre Sheffieldien « INHUMAAAAAAN: OOOOHHHHH », cette fois ci encore la finale sera SDRD/QUAD GUARDS.

Marryk !

Repas du mieux que nous pouvons, le merchandising marche a toute allure, tout le monde veut sa carte de joueur, son badge, son t-shirt QUAD GUARDS, un public rouge et blanc se prépare.

il est beau mon stock il est beau

Arrive le moment tant attendu, cette finale au goût de déjà vu, ce choc des titans. Nous avons préparé notre place en nous entendant avec les supporters du match précédent, pas question de ne pas être au bord de la piste.

Tour de présentation, chauffage de voix, applaudissement, notre cri de guerre inventé par Chakk Attack résonne déjà ! « ALEEEEERT: QUAD GUARDS QUAD GUARDS QUAD GUARDS » ! Les Panams et Kamiquadz ainsi que leurs supporters sont avec nous, les anglais de Sheffield aussi, et probablement d’autres, nous commençons à nous battre à coup de voix contre le gradin SDRD, ça promet.

emma <3

Coup de sifflet, tout se joue maintenant ! Les garçons ont l’air concentrés, le match démarre fort, je ne me souviens plus des détails sauf que j’étais en admiration. Un jeu propre avec de beaux murs, nos jammeurs méticuleux, concentrés à ne pas offrir de points.

Les blockeurs poussent à la faute les adversaires, tout en blockant le jammeur, on dirait un ballet coordonné, chacun est à sa place, chacun sait ce qu’il doit faire, on sent une connexion tellement forte entre eux, nous sommes émerveillés !

 

Nouveau blessé dans l’équipe blanche et rouge, Paradox déchausse, direction l’infirmerie, le cauchemar de la casse s’arrêtera là mais avec beaucoup trop d’émotions déjà !

Le score reste relativement écarté, les Quad Guards mènent d’une centaine de points, mais nous savons tous à quel point il est facile de remonter cet écart pour arracher une victoire à deux points d’avance, et pour cause.

Malgré la fatigue, les blessures, la concentration reste à son maximum, nous retenons notre souffle mais pas nos cris.

le public est prêt

Il reste 3 minutes, toujours 100 points d’écarts, nous commençons à y croire, enfin, ça se rapproche à grand pas, dernier jam, un autre ne sera pas relancé, nous avons gagné ?

1013533_4893598938584_937612381_n

Hein quoi, ça siffle ? Nous avons gagné, les QUADS GUARDS sont champions d’Europe !! Consécration ultime, m’apercevant que je pleurais déjà avant le coup de sifflet final, j’ouvre les vannes, me voilà en pleurs, nous le sommes tous, nous allons vers les champions, des bisous, des câlins, des sanglots, de la joie, de la fierté, du soulagement, du bonheur.

969748_171414536371336_320704668_n 1000507_171414446371345_369496172_n 1069868_171414269704696_229722131_n

Plus rien en pourra changer ce fait, ils sont Champions d’Europe, Roller Derby Toulouse a une équipe au sommet !

tellement fieres

1016449_171416186371171_883544239_n

Les vainqueurs se retournent ensuite vers nous, les accompagnateurs, ce moment restera gravé en moi, pour nous applaudir, nous remercier, les sanglots redoublent, leur victoire ils nous la partagent, nous sommes un peu aussi champions d’Europe !

969217_171416249704498_1104083332_n

Et résonne la marseillaise, à l’unisson tous les Français présents entame cet hymne avec force pour montrer que nous sommes là, les frenchies, que nous comptons, que nous pouvons être au plus haut niveau.

Hymne nationale

Les trophées sont remis ! La coupe qu’ils  attendaient tant est là, enfin, dans nos mains, nous buvons dedans, elle tourne de main en main, qu’ils sont beaux avec leurs médailles !

Et voir les deux fondateurs de cette association merveilleuse, qui malgré les difficultés diverses à su faire passer le sport et l’esprit d’équipe en premier plan, se rendre compte de l’aboutissement de tout ce travail, comprendre que ça y est ils l’ont fait, me rempli de bonheur !

 

Que d’étoiles ! Nous reprenons le bus pour rentrer, même pas le temps de discuter avec tout ce monde du derby réunis pour célébrer ce jeu, ce niveau, cette ambiance. Mais il faut rentrer, le cœur en joie les yeux encore mouillés de larmes, nous rentrons direction Toulouse avec les péripéties inhérentes au voyage en bus mais passons, nous finissons par arriver, entier et ravis !

Un petit comité nous attend avec ceux qui n’ont pas pu venir avec nous et qui n’ont même pas pu suivre les matchs qui n’étaient pas retransmis, mais ils n’ont jamais douté des capacités de nos joueurs, nous partageons avec eux notre joie, encore des câlins, des photos, des blagues, des bières …

comité d'accueil

 

Et voila, au moins pendant un an ils pourront se dire, putain on est champions d’Europe !

Objectif team France pour certains, devenir encore meilleurs pour tous, tout en gardant cet esprit si particulier qui règne dans notre famille du Roller Derby Toulouse.

« Petite » séquence guimauve bisous dégoulinant bisounours pour finir en beauté,

Un gros merci à tous ceux qui ont rendus ça possible, tous les acteurs de cette réussite, du flyage au merch, aux organisateurs, communiquants, coachs, ref….et j’en passe. En fait de tous ceux qui se sont investis cette année dans l’asso.

 

La victoire est la consécration de ces grands monsieur du Derby que sont les QUAD GUARDS et que nous avons la chance d’avoir à nos cotés, mais aussi de tous et toutes, une récompense pour notre implication, notre amour du derby.

Je remercie aussi particulièrement Nicolas Bravehurt et Chakk Attack et tous ceux qui ont monté cette association de zéro qui étaient là au début, pour avoir construit quelque chose de si beau.

Chakk

Alors oui oui, je suis en mode derbysounours comme toujours, mais attendez que nous la Nothing Toulouse gagne ce genre de titre, et je peux vous promettre que ce sera encore bien pire :)

Parce que de voir, de vivre ça nous donne encore plus envie  de tout donner, notamment pour notre coach Slash Gordon qui est MVP du championnat ! Et peut-être auront nous la chance de jouer avec et contre eux dans des matchs mixtes !!!

15958_171417263037730_369029199_n

En attendant la rentrée avec impatience, barbecues, apéros, se rappeler de ce week end et de cette année formidable avec vous,

à mes Quad Guards, parce que putain vous êtes champions d’Europe !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

traditionnelle photo

 

Derbyyours forever, ChupaClou <3

 Merci à MDP images, Bastien et Tien pour les photos !

Interview French Connection III

French Connection III à Toulouse, Jour 2.

 

Petit rappel chronologique : L’été dernier, les SDRD battaient les Quad Guards de deux minuscules points en finale du championnat d’Europe de roller derby masculin à Birmingham (UK). Hier à Toulouse, forts de leur expérience aux Etats-Unis, ils les ont battus, 242 à 183.

 

J’observe discrètement les joueurs de SDRD assis quelques bancs plus loin, jusqu’au moment où Rollin Stone R se lève pour aller au bar, qui est, soit dit en passant magnifiquement décoré, et je me dis que c’est le moment d’aller me prendre une bonne bière bien fraîche, en espérant pouvoir engager la conversation. Le sur5al* bat son plein dans la salle, il n’y a donc pas trop de monde au bar. Heureusement pour moi, juste quand j’arrive pour commander, le fût est à sec et il faut donc le changer, ce qui me laisse le temps de poser quelques questions à Stone R avant de repartir chacun de notre côté avec nos bières.

Pour info, Rollin Stone R ne faisait pas partie des 14 qui ont battu les Quad Guards au MERDC l’été dernier, il a donc un point de vue un peu différent de certains de ses co-équipiers.

UG : Comment appréhendiez-vous ce match contre les QG après votre victoire sur le fil du rasoir au championnat d’Europe l’an dernier ?

RS : Nous voulions gagner avec un plus gros écart de point, tout en les considérant comme de simples adversaires et non comme les QG, numéro 2 en Europe. De plus, nous avons quelques nouveaux joueurs dans l’équipe, ça aide. Le but était avant tout de jouer NOTRE jeu. Après le Big O, on voulait réguler notre façon de jouer. On s’est rendu compte qu’on avait tendance à ajuster notre niveau de jeu à nos adversaires, proposant un meilleur jeu contre des équipes plus difficiles et un jeu plus moyen face à des adversaires moins impressionnants.

UG : Alors, comme tu l’as mentionné, vous avez participé au Big O aux Etats-Unis il y a quelques semaines, affrontant ainsi des équipes d’un calibre supérieur à vos adversaires habituels. Comment penses-tu que cela a affecté votre façon de jouer ?

RS : On s’est surtout concentrés sur le jeu d’équipe, afin de l’améliorer. Puis, on ne voulait pas y aller en se disant qu’on jouait contre des superstars, mais plutôt contre des adversaires classiques. Nous étions satisfaits de notre jeu d’équipe et nous nous en sommes plutôt bien sortis, même sans certains de nos meilleurs joueurs. On a récolté deux victoires : une contre Drive By City (248-247) et une contre Lane County Concussion (540-76).

UG : En regardant le match hier, j’ai trouvé que vous aviez vraiment amélioré votre concentration, et vous aviez l’air bien plus calmes que l’an dernier. Comment avez-vous réussi à améliorer ces deux points ?

RS : Grâce au coaching. On a une équipe de 5 coachs et ils ont vraiment insisté sur ces objectifs. Parmi ces cinq, il y a Kitty Decapitate, qui a de l’expérience avec VRDL (Victorian Roller Derby League) et les LRG (London Rollergirls). Elle a travaillé sur la dynamique de l’équipe et nous a aidés à être plus posés.

UG : Entre votre expérience aux Etats-Unis, votre concentration et votre jeu d’équipe améliorés et le fait que vous en êtes à trois victoires contre les Quad Guards, comment vous vous sentez à moins de 3 semaines du MERDC ?

RS : On y va discrètement confiants, on veut jouer notre jeu et gagner comme des gentlemen.

UG : Génial ! Quelles équipes avez-vous le plus hâte d’affronter ?

RS : Les Quad Guards, toujours. Mais aussi The Inhuman League, ils ont fait un très beau match contre les QG et les QG ont gagné de très peu (189-133). De plus, il y a deux membres du staff de la Team England Men’s Roller Derby chez TIL : Oblivion Westwood et Jerry Atric.

UG : En effet ! En parlant de la Team England, tu fais toi aussi partie du staff. Comment ça se passe ?

RS : C’est une super expérience, c’était chouette de gérer les sessions de recrutement, de voir le niveau des joueurs. Puis, il y avait pas mal de nouveaux joueurs !

UG : Dernière question bonus : il y a eu trois matchs hier, premier jour de la French Connection III, est-ce que tu as eu un « coup de coeur » ?

RS : Je dirais pour Cash Pistache, la numéro 51 des Nothing Toulouse, pour son professionnalisme et son style de patinage.

 

French Connection III in Toulouse, day 2. As an amateur stalker, I see that Rollin Stone R is on his way to the (wonderfully decorated) bar outside and decide to go get a drink, hoping for a chance to ask him a few questions. The sur5al is still rocking inside so the bar’s not too crowded. Luckily for me, they have to get a new keg right when I get there and before Stone R can get his drinks. That gives me a couple of minutes for a quick interview.

Just so you know, Rollin Stone R wasn’t part of the roster that beat the Quad Guards at MERDC last year, so his perspective is a little different from that of some his teammates.

 

UG: What did you feel like coming into this game after last year’s close win at MERDC?

RS: We wanted to show a bigger score differential, take them as if they were just regular opposition, not as the Quad Guards, #2 in Europe. Plus, we also have a few new faces on the team, so that helps. The aim was to play OUR game. After the Big O we wanted to regulate how we play. We found we tend to adjust our level of gameplay to the opposition, playing better against stronger teams and not so well against less challenging opposition.

UG: So, as you mentioned, you played in the Big O earlier this year, thus facing some of the toughest opposition you’d faced so far. How would you say that affected your gameplay?

RS: We were very focused on working on improving our teamwork, trying not to see the US teams as superstars. We were pleased about our teamwork and we still performed well even though we didn’t have our top roster. We had two wins: one over Drive by City (248-247) and Lane County Concussion (540-76). 

UG: Watching the game against the Quad Guards yesterday, I thought you really improved your focus, and looked much calmer than last year. How did you manage such improvements?

RS: We managed this through coaching, we have a five person coaching team and they really worked on these goals. Among these we have Kitty Decapitate, who has some experience with VRDL (Victorian Roller Derby League) and LRG (London Rollergirls). She helped with the dynamic of the squad and helped us being more settled.

UG: What with your US experience, your better focus & teamwork and the fact that you are now 3-0 against the Quad Guards, #2 in Europe, how do you feel going into MERDC this summer?

RS: We are going quietly confident, we want to play our game and win as English gents.

UG: Awesome! Which teams are you most looking forward to playing?

RS: Always the Quad Guards. But the Inhuman League as well, they played really well against the Quad Guards earlier this year. The Quad guards took a close win (189-133) over them. Plus, TIL have two members of Team England Men’s Roller Derby staff: Oblivion Westwood and Jerry Atric 

UG: Indeed! Speaking of Team England, you too are part of the staff. What’s that like?

RS: It’s a great experience, it was nice running the sessions, it felt good seeing the level of the skaters and there were quite a few newer skaters.

UG: One last bonus question: there were three bouts yesterday at the French Connection III Day 1, who would you say was your derby crush?

RS: I’d say Cash Pistache, #51 with Nothing Toulouse, for her professionalism and her skating style.

 

Rolling Stone R

 

 

Après avoir remercié Rollin Stone R pour ces quelques mots, je me suis lancée à la recherche du capitaine des Quad Guards Big Jim ainsi qu’un de leurs joueurs emblématiques : Slash Gordon.

UG : Comment vous sentiez-vous à l’approche de cette nouvelle rencontre avec les gars de SDRD ?

BJ : On voulait surtout ne pas s’éparpiller, rester calmes et concentrés. On a bien vu que les deux derniers fois on s’était un peu trop excités et ça nous avait coûté des points.
SG : On était pas mal stressés, l’équipe a changé, on s’est plus accrochés cette année et on voulait voir où on en était. On a commencé à ressentir beaucoup de stress trois semaines avant le match.

UG : Quels étaient vos objectifs pour cette rencontre ? Comment vous y êtes-vous préparés ?

SG : Le but était aussi de se jauger avant le championnat d’Europe. On avait une nouvelle rotation de jammeurs à tester.
BJ : On avait analysé leurs matchs aux Etats-Unis, mais au final, on a trouvé qu’ils n’avaient pas sorti exactement le même jeu.

UG : On en est à quatre victoires à zéro pour les SDRD, comment vous vous sentez par rapport à ces résultats ?

BJ : On a un peu l’impression d’être les Poulidor du derby, mais les #2 veulent passer #1 ! On garde l’espoir de les vaincre un jour, même si c’est compliqué.

UG : Les SDRD semblent avoir amélioré leur jeu et leur attitude sur le terrain, comment avez-vous vécu ce match, côté QG ?

SG : On a vraiment pris du plaisir, c’était un match agréable à jouer.
BJ : C’était bien ! Ils avaient vraiment un bon esprit.

UG : Après ce match, quels sont les points à travailler dans votre jeu ?

SG : Hier, on a vu nos limites, on met encore trop de temps à passer de la défense à l’attaque et vice versa. Les SDRD semble avoir une plus grande cohésion. On est encore un peu derrière, mais on n’est pas si loin ! Ils ont bien creusé le score au début mais on s’est rattrapés.
BJ : On s’est réveillés en deuxième mi-temps. Notre groupe a changé, le roster tourne avec de nouveaux jammeurs, ce qui a tendance à alléger certaines lignes. Il va nous falloir trouver une mécanique régulière avec ces quelques changements.

UG : Une dernière question bonus, avez-vous eu un « coup de cœur » particulier lors des matchs d’hier ?

BJ : J’ai pris du plaisir à découvrir Nanaki des SDRD, c’est un excellent patineur, qui est très agile, et qui a de bons réflexes de jeu. Il a vraiment bien joué !
SG : Moi c’est plutôt Rollin Stone R qui m’a marqué, à vrai dire, on a un peu des profils similaires, à la fois coach et joueur. C’est un bon joueur, qui arrive à rester calme et posé.
BJ : Je l’ai aussi particulièrement remarqué, c’est un très bon capitaine.

 

Slash Gordon Big Jim

 

Je sais pas vous, mais moi, il me tarde la prochaine rencontre ! Encore quelques jours avant MERDC, j’en ai déjà la boule au ventre. Les deux formations semblent avoir gagné en maturité et en niveau de jeu, ça nous promet encore un bel avenir pour ces deux titans du derby masculin en Europe ! Et comme on dit, la suite au prochaine épisode ;)

Uchka Gaz, reporter de comptoir.

 

uchka

 

* Le saviez-vous ? La personne derrière le concept de Sur5al n’est autre que… Marie Stone-Melvin, la femme de Rollin Stone R ! Marie évolue chez les Royal Windsor Rollergirls et elle était présente à la French Connection III. C’était une semaine particulièrement couronnée de succès pour le Sur5al puisque de tels évènements avaient lieu dans 3 pays/continents différents (Etats-Unis, Afrique du Sud et France). Marie et Stone R étaient ravis de venir représenter la marque Sur5al à Toulouse !
Si vous voulez en savoir plus sur ce concept, rendez-vous par là : https://www.facebook.com/royalwindsorrollergirls, ses membres seront ravis de vous donner toutes les infos nécessaires ! Deux autres évènements sont déjà prévus : le Summer Sur5al Remix (https://www.facebook.com/events/507099186005322/), qui verra s’affronter certain(e)s des meilleur(e)s joueurs/joueuses en Europe. Et un autre, pour les grands débutants, qui vient juste d’être annoncé : Rookie Riot.

Récit du WE Quad Guards à Londres

Vendredi 14 octobre, 20h, aéroport Toulouse Blagnac
Alors qu’un certain nombre d’entre nous sont déjà à Londres car partis plus tôt ou d’ailleurs (Angoulême, Montpellier), nous sommes une dizaine à nous retrouver à l’aéroport :  joueurs et public (dont les désormais célèbres Quadettes !). Non, il n’y a pas de stress : « Merde, je me suis trompé dans la résa de la navette », « T’es certain qu’on peut mettre ça en bagage à main ? », « Mais elle est où cette foutue carte d’identité ?! » sont ponctués par quelques « On va bouffer du rosbif !! ». Le ton est donné !
Enregistrement, contrôles de sécurité, nous voilà dans l’avion : beaucoup de rires, de cris, de photos, l’ambiance est assurée à l’arrière de l’appareil. Quelques révisions aussi, les livrets techniques sont de sortie. En moins de 2h nous y sommes. Sortie rapide de Gatwick direction le bus navette vers le centre-ville, bus devant nous déposer à Earl’s Court, clin d’œil au lieu de nos futurs exploits.
Arrivée en ville, mais pas encore à l’hôtel ! Pas loin d’une heure de marche avec les valises pour rejoindre les différentes auberges situées non loin de Hyde Park, ouais nous on ne déconne pas avec le standing ! Sur le chemin, on retrouve les Angoumoisins et on croise pas mal de belles caisses (sur roues ou en jupes courtes, question de point de vue !).
Re-enregistrement, longue et difficile ascension de 3 ou 4 étages, chacun prend possession de sa chambre dortoir. Il n’est pas loin de 3h du mat’, courte nuit au programme…

Samedi 15 octobre, 8h
Réveil difficile mais une grosse dose de motivation pour aller supporter l’équipe de France de rugby qui joue sa demi-finale de Coupe du Monde contre les Gallois. Partir en quête d’un pub ouvert à 9h du matin à Londres s’avère plus difficile que prévu ! On se retrouve finalement assez nombreux dans un pub assez typique rempli de Gallois et on assure (encore une fois) l’ambiance. La victoire est au bout du suspense.  Nous sommes félicités par quelques uns, dure loi du sport…
Retour à l’hôtel, faut bien préparer nos affaires de match avant d’aller manger, quand même : Mc Do, Fish and Chips, italien : pas mal de choix, pas très diététique tout ça ! On se retrouve tous vers 14h pour entamer notre dernière marche avant le match… C’est quand même grand Londres à pied !
On a tous le cœur serré à notre arrivée à Earl’s Court, c’est juste un endroit énorme et impressionnant !!! Le temps de trouver la bonne entrée, le hall, puis un grand escalier mécanique (qui personnellement m’a paru très long et lent !) pour arriver à notre salle…. Ah ouais quand même… « C’est là qu’on joue ?! ». Pas encore de public, il est 15h30 à peine, la salle fourmille de London Roller Girls qui finissent de préparer, d’aménager, de répéter. Premier reflexe, la piste : « Mais c’est quoi ce revêtement, on roule avec quoi les gars, roues d’intérieur ou d’extérieur ???! ». Quelques chaises nous accueillent le temps de l’ouverture des vestiaires, alors c’est atelier mécanique pour les Quads Guards avec au programme changements de roues : il faut toutes les essayer pour savoir ! Changement des tenues aussi, on enfile les protections pour aller rouler un peu sur la piste d’entraînement. C’est le moment où l’on commence à croiser certains de nos adversaires. Présentation rapide, poignées de mains : « Dis donc, c’est moi où ils sont quand même relativement à l’aise sur les patins ? ». Face à nous un florilège de bons gabarits. Je préfère d’ores et déjà être à ma place plutôt qu’à celle de Thomas le Rotisseur, l’avenir me donnera raison ! Quelques tours de pistes pour nous jauger, pour les juger aussi, dernier passage aux toilettes pour évacuer tout ce… stress. Puis vient le début du vrai entraînement mené par nos coachs.
Sur la piste annexe ou sur la grande piste, le maître mot est « cohésion » : ensemble, en pack, groupe serré autour de cette idée que dans quelques longues minutes, nous allons vivre un moment unique, notre premier match, en Angleterre, face à une équipe expérimentée. On se doute qu’en face on ne donne pas cher de notre peau, les petits frenchies bien propres sur eux. On s’attend à vivre un sacré dépucelage, chacun à notre manière, concentré comme jamais ou stressé comme jamais. Les quelques gentilles provocations de certains de nos adversaires ne nous déconcentrent pas. Quelques étirements, photo de groupe, discours d’avant-match des coachs, la gorge serrée mais tous ensemble, le match approche à grands pas, le public est là, l’ambiance commence à monter d’un cran…

 

 

 

Récit du match
Notre coach Cash Pistache nous a briefés et motivés, nous sommes remontés à bloc et prêts à en découdre. Lorsque l’on sort du vestiaire, on se dirige vers la piste. Une bonne partie du public est là. Voilà j’ai le palpitant qui monte et la pression avec. Nos amis toulousains et montpelliérains sont là, ceci fait chaud au cœur et donne vraiment envie de faire de notre mieux.
Nous sommes l’équipe reçue, nous commençons donc notre présentation en premier. Tous en ligne sur le bord de la piste, notre musique d’entrée commence. Il s’agit bien sûr du générique de la série TV « Alerte à Malibu ». Dés le début de notre « choré », le public est en délire, l’effet est réussi.
Nos pseudos sont annoncés tour à tour. Lorsque le mien est prononcé et que ça hurle, je ressens quelque chose d’unique : ça vous remonte des tripes jusqu’au cerveau et puis…. que c’est bon. Nous profitons à fond de cet instant, on a tous le smile scotché à nos visages, on est venu aussi pour ça et on savoure ce moment. Les Londoniens auront évidemment droit à un accueil plus chaleureux et puissant, forcément ils sont à la maison.
Je suis sur la première ligne et ce qui est très étrange, c’est cette sensation de ne pas du tout savoir comment ça va se passer. Comme je le pensais, ça part très fort :  le jammer de Londres rentre dans le pack à une vitesse folle, je pars à la chasse mais pas assez vite. Il part ! Pfffiouuuu immédiatement je me dis : « On va bien en chier ». Mais en fait on s’aperçoit vite qu’on n’est pas minables du tout face à eux. Les 10 premières minutes se passent bien, on tient au score, on travaille ensemble, on tient bien nos murs, les stratégies passent bien… La suite de la première mi-temps ne sera pas la même. On enchaine plusieurs fautes qui envoient nos jammers en prison, les Londoniens ont des power jams qu’ils exploitent à fond et ils prennent le large. Quelques incompréhensions d’arbitrage vont nous mettre les nerfs à vifs, l’énervement nous submerge (moi tout particulièrement, pardon les copains) et nous détruit psychologiquement. Nous finirons cette première mi-temps sur un score de 92-39 je crois.
Le retour dans les vestiaires a un goût amer mais nous avons tous cette rage au ventre. Notre coach (Cash Pistache) ainsi que notre capitaine (Slash Gordon) auront les mots parfaitement justes pour nous remotiver, nous recadrer et nous donner cette soif de vaincre : « On reste calme, on bosse ensemble, on tient nos murs, on fait comme à l’entraînement. On a toutes les capacités pour les tenir alors on va le faire ! Allez cri de guerre : Quad Guards, Quad Guards, QUAD GUARDS ! ».
Là je suis comme un lion et rien ni personne ne va nous empêcher de prouver qu’il va falloir compter avec nous. A partir de ce moment on marque les esprits.
La deuxième mi-temps démarre, je sens que mes coéquipiers et amis ont autant les crocs que moi. On va leur montrer comment les petits frenchies jouent au roller derby. Dès le début, on applique ce qu’on sait faire. Révélation : « Ça marche !! Les mecs on bosse ensemble ok ? ENSEMBLE ».
Les jams s’enchainent ainsi, on sent que les Anglais sont un peu déboussolés cat ils s’attendaient à nous voir démoralisés avec ce score à la mi-temps. En fait nous sommes bel et bien là. Je prends un plaisir dingue, je joue avec mes potes, contre une équipe qui a un gros level mais pas au point de nous mettre la pâtée. Je vis l’un des meilleurs moments de ma vie sportive !
Nous revenons au score mais un manque de maturité et d’expérience de notre part fait que nous n’appliquons pas les bonnes stratégies au bon moment, surtout au niveau des départs. Un point à travailler. La montre tourne, les 5 dernières minutes sont là, on comprend qu’on ne gagnera sûrement plus mais il est hors de question qu’on lâche. Nous allons même redoubler d’efforts et, lorsque sur les 2 derniers jams leur jammer ira en prison, nous exploiterons au maximum ces power jams pour marquer 26 points qui nous feront passer au-dessus de la barre symbolique des 100 points et ferront que nous aurons été à égalité de points sur la 2eme période.
Quand le dernier coup de sifflet retentit, nous nous jetons tous dans les bras de notre jammer Slash Gordon qui aura tout donné sur ce dernier passage.
La partie se termine sur un score de 173-116.
Nous n’avons pas gagné ce match mais l’un des objectifs est rempli : on a marqué les esprits !
De la bouche des Londoniens :
« – Ce match est le plus dur que nous avons disputé ».
« – Vraiment vous avez très bien joué, on s’attendait à vous mettre une raclée mais vous n’avez pas démérité ».
« – Vous êtes vraiment solides, on a hâte de disputer la revanche, en France bien sûr ».
De la part d’adversaires de ce niveau, cela me motive comme jamais pour progresser et gagner ce match retour.

 

Les images du match sur FB:
Helmet Newton : http://www.facebook.com/media/set/?set=a.10150331295078325.349297.600818324&type=3
Daz Wilson 1st Half : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10150352531750665.349843.632470664&type=3
Daz Wilson 2nd Half : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10150352770010665.349905.632470664&type=3
Dereck Bremmer : http://www.derekbremner.com/blog/2011/october/london_rollergirls_season_4_bout_1

Samedi 15 octobre, heure oubliée, retour sur Terre !
Retour au vestiaire, pendant que se mettent en place les Londoniennes pour le match intra-ligue Harbour Grudges Vs Ultraviolent Femmes. La pression redescend tout doucement… Prendre le temps de se changer, aller voir le match des filles, ne pas arriver à le suivre car pas concentré, mais toujours le sourire aux lèvres !
Et déjà rapidement nous voilà tous repartis en groupe pour une nouvelle marche à travers Londres afin de rejoindre le pub pour une (quelques ?) bonne(s) bière(s) amplement méritée(s) ! Des étoiles plein les yeux, c’est le moment de faire plus ample connaissance avec nos adversaires du jour, mais pas que, car il faut bien reconnaître que beaucoup de monde est venu d’un peu partout en France pour nous soutenir ! Les verres et les photos s’enchaînent, on refait le match, encore étonnés de tous les compliments que l’on reçoit sur notre jeu et nos désormais fameux murs !
La fatigue commence quand même à se faire sentir, des petits groupes s’en vont peu à peu rejoindre leurs hôtels et leurs lits, certains repartent dès le dimanche matin…

 

Dimanche 16 octobre
Alors que certains bouclent leurs affaires direction l’aéroport, il est maintenant temps de profiter des réjouissances que Londres peut nous offrir ! Les groupes s’organisent, plutôt tourisme ou plutôt shopping, avec Camden comme point de passage obligatoire ! Encore une belle journée de marche et de découverte, de rires et de courbatures pour certains…
Nous sommes une petite dizaine à reprendre l’avion le lundi matin très très tôt, une courte nuit à Gatwick devant nous… Trouver le sommeil en mode « camp de réfugiés » , regarder les photos, les vidéos, s’occuper comme on peut ou se lâcher complètement une dernière fois, voilà le programme !
Un dernier enregistrement, une magnifique et méticuleuse fouille de sac pour Slash Gordon à cause d’une clé Allen et nous voilà dans l’avion. Le soleil se lève sur l’Angleterre alors que nous la quittons, mais pour la plupart d’entre nous le vol se résumera à une grosse sieste !

C’est au moment où l’on rentre chez soi que l’on réalise que ce week-end est un condensé d’émotions : du stress, de l’excitation, de la fierté d’avoir assuré notre 1er match mais surtout le sentiment que ce n’est que le début d’une belle et longue histoire d’équipe !

 

 

Par High G Nik et Hankey Loser !

 

Les images :
Helmet Newton : http://www.facebook.com/media/set/?set=a.10150331295078325.349297.600818324&type=3
Daz Wilson 1st Half : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10150352531750665.349843.632470664&type=3
Daz Wilson 2nd Half : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10150352770010665.349905.632470664&type=3
Dereck Bremmer : http://www.derekbremner.com/blog/2011/october/london_rollergirls_season_4_bout_1

Les vidéos :
[media id=12]