Un peu plus qu’une simple journée de sélection

 

Avant de parler de la journée de recrutement du RDT, je crois qu’aucune joueuse ou future joueuse ne peut occulter comment elle a découvert ce sport ! Pour ma part, et je ne pense ne pas être la seule dans ce cas, c’est en voyant « Bliss » que j’ai trop voulu faire du Roller Derby : « Oh Oui ! J’veux avoir des copines qui font un peu peur, mais qui sont trop gentilles en vrai et je veux me fritter avec des grosses méchantes mais qui finiront par devenir trop des bonnes copines et au passage je veux être la star de mon lycée ! » Même si le lycée, ça fait plus d’une décennie que je l’ai quitté…

 

Après quelques mois de réflexion et une grossesse pour ma part, je me suis décidée à contacter l’association RDT. J’avais bien évidemment au préalable regardé quelques vidéos sur le net et des photos de meufs qui exposaient fièrement leurs hématomes gagnés au cours de leur dernier match. Mais ça ne risquait pas de me décourager, parce que moi… « J’suis une ouf, j’ai peur de rien ! » (Méthode Coué…). Donc j’envoi un mail et je reçois une réponse de Bravehurt : « Ok, tu peux tester le recrutement mais vas faire de la muscu, travailles ton endurance et ta souplesse en roller ! ».

 

Première réaction personnelle : « OMFG, Dieu m’a répondu ! ».

Deuxième réaction personnelle : « Il est ouf, j’vais pas faire de la musculation… ».

Troisième réaction personnelle : « Me faut des patins ! ».

 

Étape suivante, prise de contact avec Géraldine de Queen Castagne : « Salut, j’veux tout le matos de roller pour m’entrainer cet été ! » et si je pouvais ressembler à la fille dessinée sur le site de RDT, ça m’arrangerait, mais visiblement ça ce n’était pas vendu avec. Me voilà équipée de la tête aux pieds, en vacances et avec le loisir de m’entrainer, mais pas du tout le niveau en roller espéré… « La cata ! Je ne serai jamais sélectionnée… ». Après plusieurs heures passées sur le parking du supermarché d’à côté, sur la place de l’Europe à rencontrer d’autres futures recrues et sur les randos de Roulez Rose, me voilà fébrilement prêtre à passer la sélection et atteindre le Graal : l’acceptation pour entrer dans l’équipe des viandes fraîches ! Nom évocateur, qui me fait un peu peur, mais j’imagine que dans quelques mois, ça me fera rigoler… Enfin j’espère !

 

Un mois avant la date de recrutement, réception du mail de Bravehurt et là… Le choc! Mes heures passées sur le parking du supermarché à faire des tours ne seront pas suffisantes, « Je m’inscris au risque de looser ? Ou pas ? Aller, banco ! ». Je paye mes 10 euros et puis au moins j’essaie, « Après tout, je n’ai que ma dignité à perdre ! ».

 

Samedi 4 octobre : Mes rollers sont prêts, mes roulements huilés, mes protects sentent la lessive, mon sandwich est dans un petit sac isotherme avec un pain de glace, mais putain…. Il est où ce gymnase de m$%£#… Après un léger moment de fébrilité, me voilà face au gymnase. Pleins de filles tatouées et percées, le rêve pour moi. Bravehurt commence sa présentation, il fait froid, j’ai envie de faire pipi, je tousse, j’ai de la fièvre mais j’écoute attentivement et j’adhère au concept : partager ses compétences et participer à la vie associative du RDT. Je m’imagine déjà intégrer tel ou tel pôle mais bon, va falloir prouver ses capacités avant.

 

selection_01

 

1er échauffement au sol et jusqu’ici tout va bien ! Petit exercice en travers du gymnase, j’appréhende les chassés-croisés niveau CE1… C’est bon ça passe, enfin je crois ! Exercices individuels et encore des chassés-croisés (f*** !), puis du gainage, de l’équilibre (OMG, je ne tiens pas 3 secondes dès que je ferme les yeux), du saut, du sprint, de la chaise… J’ai tout donné… « C’est bon j’suis prise ? ». Ah ben non, il est 11h et il faut tenir encore 8h de sport ! Petite course de 4 minutes, je gère comme je peux, mais le principal c’est que j’y mets toute mon énergie, et jusqu’ici tout va bien !

 

On chausse les patins, je suis bien, je sens que j’ai le look Coco (référence aux plus de 30 ans ou 40…) et nous voilà partis. Quelques tours de pistes, on chauffe les patins, numéro 17 a une jolie bosse sur le bas du dos, je compatis mais faut continuer. Premier test de freinage, de chutes (je pète ma protection du genou, f*** !). J’ai les jambes cotonneuses, je fatigue, j’ai faim mais jusqu’ici tout va bien !

 

selection_02

 

L’heure du repas arrive, chacune s’exprime et ça fait du bien de parler de nos difficultés, de se rencontrer, d’échanger et de se reposer un peu au soleil.

 

Reprise de l’après-midi avec explications des règles en profondeur et ce sport est bien plus stratégique qu’il n’y parait, ça va vraiment être cool ! Petit footing de l’après-midi, il fait bon, j’suis détendue et fatiguée à la fois. On reprend les exercices, puis les jeux et mon « crew » et moi on perd tous nos matchs parce qu’on est un peu désorganisés… Mais on voit déjà se dessiner les personnalités qui ont des idées de jeux, c’est sympa, ça fait du bien et on s’amuse, et rien que pour ça la journée est réussie. On termine par du slalom, je contre-performe mais on est toutes tellement contentes d’encourager notre ligne que ça suffit à rendre l’épreuve agréable. Même le staff de RDT semble s’amuser. Ils continuent bien évidemment à nous juger mais l’ambiance est plus légère c’est top ! Derniers mots de Bravehurt, photo de famille et on se donne rdv le soir même au baaaaarrrrrrr…

 

selection_03

 

Et jusqu’ici tout va bien, mais vraiment tout va très très bien. J’ai mal partout, mais j’ai passé une super journée et j’suis pressée de retrouver Marie, Angie, Inès, Caro et toutes les autres au bar ce soir. Un bisou à mes mômes et me voilà à commander une blonde. Beaucoup de filles sont là, même une princesse, c’est pour dire ! Ca parle basse, paillette, licorne, voitures et ça rigole surtout beaucoup. Je découvre les vraies joueuses, Nina Backdraft se retrouve avec 3 merveilleux palmiers sur la tête, on rigole et j’veux plus partir !

 

Dimanche 5 octobre : Réveil douloureux, j’ai mal partout, ça tire, ça brûle, j’apprends que ma grand-mère nous a quitté cette nuit… La magie de la veille s’éteint peu à peu, mais faut que je sorte, que je me change les idées, que je revois au moins une dernière fois ce petit monde que j’ai découvert hier. Je passe une petite heure à regarder le match des « pros », le patinage est parfait, les chocs lourds, les patins crient et les sifflets des arbitres hurlent… J’adore !

 

selection_04

 

Lundi 6 octobre : Je piste ma messagerie, mais rien ! « Ce n’est pas bien grave si je ne suis pas prise, j’ai déjà passé un très bon samedi et c’est cool ». De toute manière, je n’ai pas la tête à ça, et puis j’imagine que les examinateurs ont une vie et ont pas passé leur journée à compter les points. La nouvelle arrivera quand elle arrivera ! Je me couche, j’essaie de dormir, mais les journées à venir vont être difficiles pour moi. Mon téléphone m’avertit d’un nouveau message à 23h59, je regarde… « Félicitations !… » J’suis entre deux eaux, la satisfaction de pouvoir continuer l’aventure et mes pensées pour ma grand-mère… Je ne dors pas de la nuit, demain je traverserai la France pour rejoindre ma famille mais jusqu’ici tout va bien !

 

 

N°18

—————————

Crédits photographiques :

Magicyannick Yannick / https://www.facebook.com/magicyannick?ref=ts&fref=ts

Florent Lagasse / https://www.facebook.com/lagasse.florent?fref=ts