Bon ! Ce tournoi à Leeds, on en parle ou quoi ? (©NinaBackdraft)

.

Alors, par où commencer ? Il y a quelques temps déjà,  la ligue Leeds Roller Dolls nous a contactés pour nous inviter à jouer contre elle et contre une autre ligue de Leeds, les Hot Wheel Roller Derby. Forcément, on a dit oui ! Et je ne sais pas vraiment si vous voyez où est Leeds sur une carte, mais en gros c’est loin. Très loin. Et froid. Et mouillé. L’Angleterre quoi.

Je vais vous conter notre charmant périple dans ce bon vieux pays qui sent le cheddar.

Notre itinéraire a été calculé en utilisant les principes d’économie du McDonald’s et un nouveau logiciel ultra sophistiqué conçu par la NASA, le WTF300. Pas moins de trois transports en commun différents ont été nécessaires pour graviter dans des villes aussi prestigieuses que Birmingham, Bristol, Limoges.

Oui, j’ai dit Limoges.

Nous sommes donc partis à 16, laissant derrière nous deux petits moutons bien tristes qui, travaillant, ne purent se libérer… Comme j’ai un peu la flemme de vous raconter tout en détail, je vous propose des photos, c’est tout aussi bien. Et ça me fait économiser du temps et le vôtre. Youpi.

.

1

23 4

.

On a décollé de Toulouse pour Bristol. Puis on a perdu le sac à main de Cash. Puis on a mangé des chips. Puis on a pris un minibus trop choupi pour aller prendre un autre bus un peu moins choupi. Riette a payé 10 pounds pour un hot-dog pendant qu’une blonde décrépie beuglait des chansons ringardes façon piano-bar. Notre chauffeur de bus s’appelait Roger, il était gros et rigolo. (Normal,  les gros sont toujours des rigolos… Exemples : Jack Black, Bravehurt, David Douillet.)

On a roulé, roulé, roulé à travers le pays de Galles pour finalement arriver à Leeds sur le coup de minuit, minuit quatre.

Avec Riette, on a logé chez Ash, une joueuse de l’équipe Leeds Rebel Roses et c’était trop cool. Elle voulait absolument jouer à Mario Kart mais, à 2 heures du mat’, après 10 heures de voyage, nous avons poliment refusé son invitation et nous lui avons volé son grand lit marshmallow trop moelleux d’la vie d’ma mère putain !

Sinon je m’égare… Parlons plutôt des matchs ! Les deux équipes de Leeds se connaissent plutôt bien et jouent souvent l’une contre l’autre, ce qui est plutôt cool quand même. Au classement, les Rebel Roses étaient bien au-dessus des Hot Wheel et elles deux bien bien au-dessus de nous aussi. On s’était donc dit qu’on garderait un peu de notre énergie et qu’on n’allait pas tenter des trucs folichons… Le hic, c’est que l’ordre de passage était tiré au sort en arrivant et le premier match fut Leeds Vs. Leeds. Mais finalement, je pense que ce n’était pas plus mal pour nous de jouer nos deux matchs d’affilée. Cela a permis aux gens de moins nous dévisager quand ils ont vu qu’on avait toutes des tongs.

Après un moment de panique où je me suis aperçue comme une truffe que j’avais oublié mon protège-dents chez Ash, nous avons tant bien que mal procédé à notre sophrologie habituelle. Sous les cris. Du public. En extase. Qui gueulait de voir les Rebel Roses gagner contre les Hot Wheel ! (C’était les Rebel qui organisaient le tournoi.) Il n’était pas nombreux, mais qu’est-ce qu’il pouvait être bruyant !

.

5

Les Rebel Roses venaient à peine de quitter la piste.

 6

.

Du coup, on a fait comme d’habitude. Des gros murs. Des grosses jammeuses (pas des rigolotes par contre celles-là… ouh non !). Des gros points. En fait, pour être vraiment honnête, je ne me rappelle pas vraiment comment ça s’est passé… Je souffre de jamnésia. Que ce soit deux minutes ou quinze jours après un match, je suis incapable de me souvenir des choses précisément. Par contre, j’ai fait plein de fautes, ça je m’en rappelle. Des multis, un joli low block, plus deux trois autres trucs variés. J’avoue que la jamnésia ce n’est pas l’idéal quand on a été désignée pour écrire un article… Soyez indulgents, merci. Donc au final, c’était tendu mais notre confortable avance a tenu et nous avons remporté le match ! Victoire 194 à 111 !

 7

.

A peine le temps de reposer nos orteils à bord de nos tongs sus-citées que nous avons dû rechausser nos patins pour un deuxièmes match ! Les Hot Wheel étincelaient littéralement de leur victoire sur les Rebel Roses et tout ça se reflétait à merveille sur le crâne lisse de leur coach Jerry Attric (qui n’est pas si vieux que ça en fait).

Ce second match fut vraiment intense ! Ppffiou ! Mais alors d’une intensité, woah… Intense quoi.

Ok, ok, je m’en souviens plus non plus. Sauf quelques trucs cools du genre, j’ai fait cutter la jammeuse au premier jam, hé hé hé… Des passages de lead pour nous à deux contre quatre… Plus des sensations que de véritables souvenirs… Enfin, le principal, c’est qu’on ait gagné aussi ! 160 à 109 !

Après, y a eu plein de MVPs, plein de petites coupes trop mignonnes, re des tongs. Et puis l’after party ! C’était chouette, y avait un bar géant, des pizzas, des bières, de la vieille sueur post-match, des Anglais ! Et Nina Backdraft qui confessait : « Je crois que je vais prendre des cours d’anglais finalement… ».

Et ça, je pense que c’était la plus belle victoire du week-end !

.

8

.

 Chakk Attakk #42

.

————————

Crédits photographiques : Chakk Attakk.