French Connection III à Toulouse, Jour 2.

 

Petit rappel chronologique : L’été dernier, les SDRD battaient les Quad Guards de deux minuscules points en finale du championnat d’Europe de roller derby masculin à Birmingham (UK). Hier à Toulouse, forts de leur expérience aux Etats-Unis, ils les ont battus, 242 à 183.

 

J’observe discrètement les joueurs de SDRD assis quelques bancs plus loin, jusqu’au moment où Rollin Stone R se lève pour aller au bar, qui est, soit dit en passant magnifiquement décoré, et je me dis que c’est le moment d’aller me prendre une bonne bière bien fraîche, en espérant pouvoir engager la conversation. Le sur5al* bat son plein dans la salle, il n’y a donc pas trop de monde au bar. Heureusement pour moi, juste quand j’arrive pour commander, le fût est à sec et il faut donc le changer, ce qui me laisse le temps de poser quelques questions à Stone R avant de repartir chacun de notre côté avec nos bières.

Pour info, Rollin Stone R ne faisait pas partie des 14 qui ont battu les Quad Guards au MERDC l’été dernier, il a donc un point de vue un peu différent de certains de ses co-équipiers.

UG : Comment appréhendiez-vous ce match contre les QG après votre victoire sur le fil du rasoir au championnat d’Europe l’an dernier ?

RS : Nous voulions gagner avec un plus gros écart de point, tout en les considérant comme de simples adversaires et non comme les QG, numéro 2 en Europe. De plus, nous avons quelques nouveaux joueurs dans l’équipe, ça aide. Le but était avant tout de jouer NOTRE jeu. Après le Big O, on voulait réguler notre façon de jouer. On s’est rendu compte qu’on avait tendance à ajuster notre niveau de jeu à nos adversaires, proposant un meilleur jeu contre des équipes plus difficiles et un jeu plus moyen face à des adversaires moins impressionnants.

UG : Alors, comme tu l’as mentionné, vous avez participé au Big O aux Etats-Unis il y a quelques semaines, affrontant ainsi des équipes d’un calibre supérieur à vos adversaires habituels. Comment penses-tu que cela a affecté votre façon de jouer ?

RS : On s’est surtout concentrés sur le jeu d’équipe, afin de l’améliorer. Puis, on ne voulait pas y aller en se disant qu’on jouait contre des superstars, mais plutôt contre des adversaires classiques. Nous étions satisfaits de notre jeu d’équipe et nous nous en sommes plutôt bien sortis, même sans certains de nos meilleurs joueurs. On a récolté deux victoires : une contre Drive By City (248-247) et une contre Lane County Concussion (540-76).

UG : En regardant le match hier, j’ai trouvé que vous aviez vraiment amélioré votre concentration, et vous aviez l’air bien plus calmes que l’an dernier. Comment avez-vous réussi à améliorer ces deux points ?

RS : Grâce au coaching. On a une équipe de 5 coachs et ils ont vraiment insisté sur ces objectifs. Parmi ces cinq, il y a Kitty Decapitate, qui a de l’expérience avec VRDL (Victorian Roller Derby League) et les LRG (London Rollergirls). Elle a travaillé sur la dynamique de l’équipe et nous a aidés à être plus posés.

UG : Entre votre expérience aux Etats-Unis, votre concentration et votre jeu d’équipe améliorés et le fait que vous en êtes à trois victoires contre les Quad Guards, comment vous vous sentez à moins de 3 semaines du MERDC ?

RS : On y va discrètement confiants, on veut jouer notre jeu et gagner comme des gentlemen.

UG : Génial ! Quelles équipes avez-vous le plus hâte d’affronter ?

RS : Les Quad Guards, toujours. Mais aussi The Inhuman League, ils ont fait un très beau match contre les QG et les QG ont gagné de très peu (189-133). De plus, il y a deux membres du staff de la Team England Men’s Roller Derby chez TIL : Oblivion Westwood et Jerry Atric.

UG : En effet ! En parlant de la Team England, tu fais toi aussi partie du staff. Comment ça se passe ?

RS : C’est une super expérience, c’était chouette de gérer les sessions de recrutement, de voir le niveau des joueurs. Puis, il y avait pas mal de nouveaux joueurs !

UG : Dernière question bonus : il y a eu trois matchs hier, premier jour de la French Connection III, est-ce que tu as eu un « coup de coeur » ?

RS : Je dirais pour Cash Pistache, la numéro 51 des Nothing Toulouse, pour son professionnalisme et son style de patinage.

 

French Connection III in Toulouse, day 2. As an amateur stalker, I see that Rollin Stone R is on his way to the (wonderfully decorated) bar outside and decide to go get a drink, hoping for a chance to ask him a few questions. The sur5al is still rocking inside so the bar’s not too crowded. Luckily for me, they have to get a new keg right when I get there and before Stone R can get his drinks. That gives me a couple of minutes for a quick interview.

Just so you know, Rollin Stone R wasn’t part of the roster that beat the Quad Guards at MERDC last year, so his perspective is a little different from that of some his teammates.

 

UG: What did you feel like coming into this game after last year’s close win at MERDC?

RS: We wanted to show a bigger score differential, take them as if they were just regular opposition, not as the Quad Guards, #2 in Europe. Plus, we also have a few new faces on the team, so that helps. The aim was to play OUR game. After the Big O we wanted to regulate how we play. We found we tend to adjust our level of gameplay to the opposition, playing better against stronger teams and not so well against less challenging opposition.

UG: So, as you mentioned, you played in the Big O earlier this year, thus facing some of the toughest opposition you’d faced so far. How would you say that affected your gameplay?

RS: We were very focused on working on improving our teamwork, trying not to see the US teams as superstars. We were pleased about our teamwork and we still performed well even though we didn’t have our top roster. We had two wins: one over Drive by City (248-247) and Lane County Concussion (540-76). 

UG: Watching the game against the Quad Guards yesterday, I thought you really improved your focus, and looked much calmer than last year. How did you manage such improvements?

RS: We managed this through coaching, we have a five person coaching team and they really worked on these goals. Among these we have Kitty Decapitate, who has some experience with VRDL (Victorian Roller Derby League) and LRG (London Rollergirls). She helped with the dynamic of the squad and helped us being more settled.

UG: What with your US experience, your better focus & teamwork and the fact that you are now 3-0 against the Quad Guards, #2 in Europe, how do you feel going into MERDC this summer?

RS: We are going quietly confident, we want to play our game and win as English gents.

UG: Awesome! Which teams are you most looking forward to playing?

RS: Always the Quad Guards. But the Inhuman League as well, they played really well against the Quad Guards earlier this year. The Quad guards took a close win (189-133) over them. Plus, TIL have two members of Team England Men’s Roller Derby staff: Oblivion Westwood and Jerry Atric 

UG: Indeed! Speaking of Team England, you too are part of the staff. What’s that like?

RS: It’s a great experience, it was nice running the sessions, it felt good seeing the level of the skaters and there were quite a few newer skaters.

UG: One last bonus question: there were three bouts yesterday at the French Connection III Day 1, who would you say was your derby crush?

RS: I’d say Cash Pistache, #51 with Nothing Toulouse, for her professionalism and her skating style.

 

Rolling Stone R

 

 

Après avoir remercié Rollin Stone R pour ces quelques mots, je me suis lancée à la recherche du capitaine des Quad Guards Big Jim ainsi qu’un de leurs joueurs emblématiques : Slash Gordon.

UG : Comment vous sentiez-vous à l’approche de cette nouvelle rencontre avec les gars de SDRD ?

BJ : On voulait surtout ne pas s’éparpiller, rester calmes et concentrés. On a bien vu que les deux derniers fois on s’était un peu trop excités et ça nous avait coûté des points.
SG : On était pas mal stressés, l’équipe a changé, on s’est plus accrochés cette année et on voulait voir où on en était. On a commencé à ressentir beaucoup de stress trois semaines avant le match.

UG : Quels étaient vos objectifs pour cette rencontre ? Comment vous y êtes-vous préparés ?

SG : Le but était aussi de se jauger avant le championnat d’Europe. On avait une nouvelle rotation de jammeurs à tester.
BJ : On avait analysé leurs matchs aux Etats-Unis, mais au final, on a trouvé qu’ils n’avaient pas sorti exactement le même jeu.

UG : On en est à quatre victoires à zéro pour les SDRD, comment vous vous sentez par rapport à ces résultats ?

BJ : On a un peu l’impression d’être les Poulidor du derby, mais les #2 veulent passer #1 ! On garde l’espoir de les vaincre un jour, même si c’est compliqué.

UG : Les SDRD semblent avoir amélioré leur jeu et leur attitude sur le terrain, comment avez-vous vécu ce match, côté QG ?

SG : On a vraiment pris du plaisir, c’était un match agréable à jouer.
BJ : C’était bien ! Ils avaient vraiment un bon esprit.

UG : Après ce match, quels sont les points à travailler dans votre jeu ?

SG : Hier, on a vu nos limites, on met encore trop de temps à passer de la défense à l’attaque et vice versa. Les SDRD semble avoir une plus grande cohésion. On est encore un peu derrière, mais on n’est pas si loin ! Ils ont bien creusé le score au début mais on s’est rattrapés.
BJ : On s’est réveillés en deuxième mi-temps. Notre groupe a changé, le roster tourne avec de nouveaux jammeurs, ce qui a tendance à alléger certaines lignes. Il va nous falloir trouver une mécanique régulière avec ces quelques changements.

UG : Une dernière question bonus, avez-vous eu un « coup de cœur » particulier lors des matchs d’hier ?

BJ : J’ai pris du plaisir à découvrir Nanaki des SDRD, c’est un excellent patineur, qui est très agile, et qui a de bons réflexes de jeu. Il a vraiment bien joué !
SG : Moi c’est plutôt Rollin Stone R qui m’a marqué, à vrai dire, on a un peu des profils similaires, à la fois coach et joueur. C’est un bon joueur, qui arrive à rester calme et posé.
BJ : Je l’ai aussi particulièrement remarqué, c’est un très bon capitaine.

 

Slash Gordon Big Jim

 

Je sais pas vous, mais moi, il me tarde la prochaine rencontre ! Encore quelques jours avant MERDC, j’en ai déjà la boule au ventre. Les deux formations semblent avoir gagné en maturité et en niveau de jeu, ça nous promet encore un bel avenir pour ces deux titans du derby masculin en Europe ! Et comme on dit, la suite au prochaine épisode ;)

Uchka Gaz, reporter de comptoir.

 

uchka

 

* Le saviez-vous ? La personne derrière le concept de Sur5al n’est autre que… Marie Stone-Melvin, la femme de Rollin Stone R ! Marie évolue chez les Royal Windsor Rollergirls et elle était présente à la French Connection III. C’était une semaine particulièrement couronnée de succès pour le Sur5al puisque de tels évènements avaient lieu dans 3 pays/continents différents (Etats-Unis, Afrique du Sud et France). Marie et Stone R étaient ravis de venir représenter la marque Sur5al à Toulouse !
Si vous voulez en savoir plus sur ce concept, rendez-vous par là : https://www.facebook.com/royalwindsorrollergirls, ses membres seront ravis de vous donner toutes les infos nécessaires ! Deux autres évènements sont déjà prévus : le Summer Sur5al Remix (https://www.facebook.com/events/507099186005322/), qui verra s’affronter certain(e)s des meilleur(e)s joueurs/joueuses en Europe. Et un autre, pour les grands débutants, qui vient juste d’être annoncé : Rookie Riot.