Le 5 mai dernier s’est déroulé le 1er match de Roller Derby hommes en France.

Nos Quads Guards toulousains ont affronté The Inhuman League de Sheffield à domicile.

Des muscles, de superbes jams, du suspense et surtout une belle sportivité ont conquis ce soir là un public chaud bouillant.

La victoire des français a donné le coup de grâce de cette inoubliable soirée.

Le roller Derby version mecs, ça n’est pas courant, aussi, une petite interview de quelques spectateurs à chaud, va nous permettre de savoir ce qu’ils en ont pensé…

« Micro-gradins » de trois personnes presque anonymes…

 

Comment as-tu trouvé le match ? Quelles sont tes impressions ?

G : j’ai trouvé que c’était un sport très intéressant. Des deux côtés des équipes il y avait vraiment une belle motivation. L’ambiance au-delà du match était assez forte et il y avait une bonne qualité de patinage !

D : j’ai été plus attentif que lors d’un match filles… l’ambiance était très agréable, c’était cool, je me suis amusé !

J : c’était bien, bon style, beaux shorts rouges… c’était beaucoup plus brutal que les « fillettes » et je donnerais mon numéro de téléphone au gars aux chaussettes jaunes s’il me sollicite…

 

Est-ce le premier match de roller derby que vous allez voir ?

Tous : non

As-tu réussi à assimiler les règles de base du jeu pour comprendre le match ?

G : oui et non… j’ai vu trois matchs. J’ai parlé avec des gens du derby mais il reste plein de trucs flous au niveau des règles de contacts. Mais sinon pour les règles de base c’est ok.

D : Pas trop. Ça n’est pas bien expliqué et c’est difficile de voir les subtilités. Ça serait bien de faire une démo avant le match pour expliquer deux ou trois trucs…

J : oui. Faut que ça passe ! Mais je n’ai pas compris les règles de pénalités, tous les coups qui ne sont pas permis c’est difficile à capter.

 

Si ça n’est pas ton premier match, tu as donc vu un, ou des, matchs femmes. Quelles sont les différences à noter ? Qu’est-ce que tu as préféré ?

G : c’est vrai que Mr Furieux a fait des trucs spectaculaires ce qui dynamise énormément les spectateurs. Mais au niveau motivation je n’ai pas vu de différences. Les filles ont bien la rage aussi ! La différence se situe un peu dans le niveau de patinage général.

D : les filles sont moins bourrines et plus mobiles. Les hommes patinent mieux. Les femmes c’est plus bordélique, désorganisé. Le roller mec donne plus envie, c’est plus de sport, moins d’affichage et de côté parfois superficiel…

J : la taille des derrières ! Au début il y a une plus grande immobilité au niveau des mecs. Quand ça ne passe pas, ça ne passe pas ! Les filles sont plus mobiles. J’avoue qu’au niveau sportif, j’ai préféré le match hommes.

 

Pratiques-tu le roller ?

G : oui du roller quad depuis 15 ans. En bottines. Roller urbain, rampe, catch, …

D : non, du skate.

J : non pas du tout.

 

Est-ce que ça te donne envie d’essayer le roller derby ?

G : ça me donne envie mais je n’ai pas le temps. Sauf si une équipe hommes se montait avec mes potes de l’ancienne école de quaders !

D : non ce n’est pas assez urbain pour moi.

J : oui mais je n’aurais jamais l’occasion.

 

Retourneras-tu voir un match ?

Unanimement, oui !!!

 

Petite question en rab’ pour ce spectateur qui se déplace tout le temps à roulettes depuis 15 ans :

Quels sont les intérêts que tu trouves dans ce sport, à aller voir ce sport, toi habitué à avoir tes patins vissés aux pieds ?

G : Pour moi c’est un renouvellement du roller quad, parce qu’on a un peu « régressé » avec le phénomène de masse du Blade. Et là ça fait vraiment plaisir que le quad vive encore ! Et c’est aussi une nouvelle manière de rencontrer des gens qui gravitent autour du roller.

 

À bientôt pour de nouvelles aventures sur le track! 
Propos recueillis par Mélanie Graney, alias Brebiscrado.